Petites plaies du cheval : comment les soigner

Les différentes plaies du cheval

Une plaie est une rupture de la peau ou des muqueuses voire même des tissus plus profonds. Elle peut être superficielle ou profonde et accompagnée ou non d’autres blessures. On distingue donc plusieurs types de plaies du cheval dont certaines pourront être soignées à la maison sans l’intervention du vétérinaire tandis que d’autres nécessites de le contacter.

Les plus bénignes sont les égratignures. Elles touchent les couches superficielles de la peau ou des muqueuses. Elles peuvent saigner un peu mais cicatrisent rapidement. Pour les traiter, il suffit de désinfecter puis de laisser à l’air libre pour que la peau se reconstitue.

Le cheval peut également se couper sur un objet tranchant. En règle générale ces plaies csont bien nettes et leur gravité dépendra de la profondeur et de l’endroit où elles sont situées. Selon leur profondeur, les coupures pourront nécessiter des points de suture.

Autre type de plaie, les brûlures. Celles-ci peuvent être causées par une prise de longe par exemple, mais aussi le froid, des produits chimiques et, bien entendu, la chaleur. La gravité dépendra du degré de brûlures.

D’autres plaies de plus grandes ampleurs peuvent toucher le cheval comme les lacérations. Celles-ci sont souvent dues à des objets au contour irrégulier. Le fil barbelé est la cause de nombreuses blessures de ce type chez les chevaux, d’où l’importance de ne jamais mettre des chevaux dans des prés dotés de telles clôtures. Les lacérations déchirent la peau et parfois également les tissus sous-jacents. Ces blessures sont souvent importantes, douloureuses et sujettes aux infections. Elles nécessitent la venue du vétérinaire.

Préoccupantes également, les plaies pénétrantes. En effet l’objet qui s’insère dans la plaie peut causer des dommages en profondeur et insérer des bactéries. De plus, il subsiste le risque que l’extrémité de l’objet casse et reste dans la plaie. Ces blessures, pas toujours impressionnantes visuellement, nécessitent un examen approfondi par un vétérinaire.

Dans tous les cas, si vous avez un doute sur la gravité de la plaie, consultez le vétérinaire.

Réagir face aux petites plaies du cheval 

Il est important de garder son sang-froid et d’analyser la gravité de la plaie du cheval. Si celle-ci est importante, qu’elle est étendue et/ou profonde, située dans une zone à risque, ou que le cheval boite, il faut appeler le vétérinaire. Celui-ci : réalisera si besoin des sutures, s’assurera qu’aucun tendon ou ligament n’a été atteint, et prescrira, si nécessaire, des antibiotiques. Enfin, il est primordial de vérifier le carnet de vaccination pour vérifier que le cheval est bien à jour de son vaccin contre le tétanos et effectuer un rappel si nécessaire, le tétanos étant une maladie très grave pour les chevaux. 

Soigner les plaies du cheval

Une plaie superficielle, de petite taille et hors d’une zone à risque peut être soignée sans vétérinaire avec un traitement adapté.

Pour cela, commencer par couper les poils autour de la plaie du cheval pour faire place nette. Selon l’épaisseur des poils et leur localisation on utilisera des ciseaux courbes propres, une tondeuse ou un rasoir chirurgical. Ne pas hésiter à appliquer une compresse sur la blessure pendant ce temps-là pour éviter l’intrusion de poils. Ensuite, doucher au jet d’eau en pluie et nettoyer la plaie à l’aide d’un savon nettoyant et désinfectant et d’une brosse chirurgicale. Une fois la plaie rincée puis séchée avec un linge propre, appliquer une solution antiseptique à l’aide de compresses (éviter le coton qui risque de laisser des fibres à l’intérieur). Vient ensuite l’application d’une crème cicatrisante. Si la plaie est superficielle et peu étendue, on peut la laisser à l’air libre. Par contre si elle est un peu plus profonde il est conseillé de faire un pansement. Celui-ci la protégera des agressions extérieures, limitera les risques d’infections. Celui-ci sera fait à l’aide de compresses stériles, puis de coton gazé, le tout étant maintenu à l’aide d’une bande élastique ou cohésive.

Pour faire les pansements, il existe également d’excellents produits comme les cataplasmes Animalintex de Robinson Healthcare. Ceux-ci peuvent être utilisés à sec, à froid ou à chaud selon les besoins et ont d’excellents résultats sur la cicatrisation. Ils seront appliqués sur la plaie préalablement nettoyée et désinfectée.

Attention, les pansements doivent être remplacés régulièrement pour que la plaie reste propre. En général plusieurs fois par jour au début selon l’importance des suintements puis tous les jours ou tous les deux jours. Renouveler le nettoyage et la désinfection de la plaie à chaque fois.

Une autre possibilité sur les petites plaies du cheval est d’appliquer de l’argile verte pure sur la plaie préalablement désinfectée car elle favorise l’absorption des sécrétions. Il faut cependant, comme les pansements, penser à la renouveler régulièrement.

Il est important de surveiller attentivement le processus de cicatrisation de la plaie.  Si elle guérit correctement elle ne doit pas être douloureuse, ne doit pas provoquer d’engorgement, ne doit pas suppurer ou dégager une odeur anormale. Si ce n’est pas le cas, contacter le vétérinaire.  

Les plaies courantes du cheval

Voici quelques-unes des plaies fréquentes chez les chevaux et les conseils pour les soigner.

Les blessures suite à une prise de longe

Suite à une prise de longe le cheval peut être brulé, le plus souvent au pli du pâturon. Comme pour les autres petites plaies du cheval, il est important de bien couper les poils autour pour la dégager. Les soins seront les mêmes que pour une petite blessure classique. Pour ce type de plaie, il est recommandé de faire un pansement qui limitera l’entrée des bactéries et favorisera la cicatrisation.

Les plaies dues au harnachement

Toutes les pièces de harnachements en contact direct avec la peau peuvent blesser. On retrouve ainsi notamment les blessures de selle qui peuvent être dues au pommeau, au siège ou à la sangle. Elles peuvent causer des plaies douloureuses chez le cheval. Elles ne sont généralement pas profondes mais nécessitent d’être bien traitées. Il est important d’effectuer une désinfection quotidienne et d’appliquer une crème antiseptique. Par ailleurs, il ne faut pas seller le cheval tant que la plaie n’est pas guérie et trouver la cause du problème pour éviter des récidives. Si le cheval a blessé à la sangle, un fourreau en peau de mouton peut être une solution tandis qu’un pad de garrot permettra d’éviter les frottements chez un cheval au garrot saillant et sensible. Un collier de chasse pourra limiter certains frottements de selle dans d’autres cas... Il faut analyser la cause pour trouver la solution adéquate.

Chez certains chevaux les commissures des lèvres est une zone très sensible et le mors peut engendrer une blessure aux commissures des lèvres. Au premier signe d’irritation, il est recommandé de mettre des rondelles voire même de changer de mors. Pour ces petites plaies chez le cheval, il est conseillé de nettoyer puis d’appliquer une crème cicatrisante et hydratante adaptée. Il est préférable d’attendre la cicatrisation complète avant de remettre un mors. En attendant, il est toujours possible de le faire travailler sans mors dans la bouche en le longeant en licol éthologique ou en caveçon et en le montant en hackamore. En prévention sur les chevaux sensibles appliquer un baume gras avant et après le travail qui limitera les frottements et hydratera la peau.  

Les atteintes

Une atteinte est une blessure que le cheval se fait lui-même sur un membre avec un autre membre. Il peut ainsi se blesser sur les faces internes des canons, boulet et paturon. Autre atteinte assez fréquente, le cheval qui forge et qui se marche dessus. Le cheval se coupe alors le glome, voire même se l’arrache. Le traitement de ces blessures sera le même que des plaies classiques. Pour les glomes, il est vivement conseillé de mettre un pansement sur la coupure, celle-ci étant au contact de la litière au box et de la boue. À titre préventif, protéger les canons et les boulets avec des guêtres, protèges boulets ou bandes et les glomes avec des cloches. Vérifier également que le cheval est correctement paré et ferré. 

Les indispensables de la trousse à pharmacie pour les plaies du cheval

Il est nécessaire d’avoir toujours à proximité une trousse à pharmacie pour soigner les petites plaies des chevaux. Voici les éléments indispensables à avoir : un thermomètre, du savon nettoyant et désinfectant, une lotion antiseptique, une éponge chirurgicale, rasoir chirurgical, des ciseaux propres, des gants en latex, des compresses, du sérum physiologique, une crème cicatrisante, une bande élastique ou cohésive, un pansement compressif, du coton américain. Enfin, un gel Aloé Verra et une crème à base de miel seront d’excellents atouts pour traiter les petites plaies des chevaux.