Gestation de la jument / croissance du poulain : des besoins nutritionnels spécifiques
Notre sélection pour vous
Reverdy
Breeding de Reverdy  – (anciennement Yearling) aliment pour jeunes...
À partir de 33,00 €
+ d'options
Audevard
Aliment complémentaire adapté aux besoins de la jument en gestation...
À partir de 68,90 €
+ d'options
Greenpex
MSE Elevage de Greenpex , complément alimentaire chevaux d'élevage...
À partir de 32,50 €
+ d'options
Trm
Calphormin , complément alimentaire pour chevaux d'élevage du...
À partir de 67,50 €
+ d'options

L’alimentation durant la gestation de la jument doit être calibrée avec soin pour couvrir les besoins de la poulinière, qu’ils aient trait à la croissance de son fœtus ou à la préparation de la lactation. Il est ainsi indispensable d’équilibrer la ration pour éviter les insuffisances d’apports mais également les excès qui peuvent engendrer des troubles chez la femelle et son poulain.

Augmenter les apports en fin de gestation de la jument 

La croissance du fœtus dans le ventre de la jument n’est pas régulière. Le gain de poids du poulain est ainsi le plus important pendant le dernier tiers de la gestation de la jument. Cette accélération de la croissance du fœtus dans les derniers mois de la gestation entraîne une importante augmentation des besoins énergétiques de la poulinière pendant cette période, de l’ordre de +20 à + 25%.  Les besoins en protéines augmentent aussi jusqu’à +80% pendant cette même période. En ce qui concerne les minéraux et les vitamines, les besoins s’élèvent également à partir du septième mois de gestation selon les pourcentages suivants :

  • Calcium et Magnésium : +50 à 75% ;
  • Cuivre: les apports doivent se rapprocher de 30 mg/kg de MS (matière sèche)
  • Pour le phosphore, les besoins restent inchangés (tout en veillant à éviter les excès, responsables d’ostéochondrose chez le poulain) ;
  • Vitamines A et D: + 100 % (mais attention également à ne pas en fournir en excès !)

Les conséquences de carences nutritionnelles pour le poulain et sa mère 

Les carences par rapport à ces besoins nutritionnels accrus en phase de gestation ont des conséquences importantes pour la croissance du poulain et pour la jument gestante :

  • Calcium: Si la ration n’apporte pas suffisamment de calcium, la poulinière va puiser dans ses réserves pour assurer la croissance du poulain. La jument peut présenter une décalcification osseuse et connaître une fragilisation du squelette
  • Cuivre: le risque d’ostéochondrose lorsque le poulain atteint le stade de jeune cheval est alors augmenté.
  • Zinc : le poulinage peut dans ce cas être difficile et le foal faible et chétif
  • Vitamine D: une carence en apport de vitamine D entraine une baisse de l’assimilation du calcium et du phosphore notamment pour les juments maintenues au box

Alors que faire en pratique lors de la gestation de la jument ?

En pratique, la recommandation des professionnels de santé est très claire : il est indispensable d’augmenter les apports protéiques de la jument gestante et d’améliorer la qualité énergétique de la ration de 20 à 25% en dernier tiers de période de gestation. Cette augmentation ne permettra néanmoins pas de couvrir le besoin supplémentaire en minéraux et vitamines, qui augmente comme expliqué plus haut de 50 à 100%. Il est donc essentiel, comme le pratiquent tous les éleveurs chevronnés, de nourrir adéquatement la jument en gestation avec des aliments spécifiques comme notamment les granulés Breeding de Reverdy

En parallèle, il est également possible de complémenter la ration avec des compléments formulés spécifiquement pour la poulinière et pour la croissance du poulain à naitre. A cette fin, Audevard, après 2 ans d’études, a fait évoluer la formulation de son produit phare le Bonutron Stud G1-L6 pour s’adapter aux nouveaux aliments industriels. La nouvelle formule du Bonutron Stud G1-L6 est conçue pour couvrir les besoins de la poulinière quel que soit son type d’alimentation par l’apport de nutriments nécessaire à une bonne croissance du poulain.