Poulain en bonne santé : connaître l'essentiel
Notre sélection pour vous
Audevard
Immunofoal , sérum équin riche en IgG, pour compléter ou remplacer le...
163,85 €
Audevard
Aliment complémentaire destiné à soutenir la croissance du poulain de...
À partir de 82,50 €
+ d'options
Greenpex
Carbo Top de GreenPex , source de charbon végétal, argile et...
À partir de 12,80 €
+ d'options
Fedvet
Leva-Carb , source de charbon et argile, pour soutenir le cheval ou...
À partir de 7,30 €
+ d'options

L’importance d’une bonne alimentation pendant la gestation

La santé du poulain passe tout d’abord par la santé de sa mère. En effet, sa vie in utéro est déterminante pour son avenir sur la terre ferme. Pour assurer une bonne croissance et une bonne santé, il faut donc porter une attention toute particulière à l’alimentation de la mère. Si une ration carencée n’est pas bonne, les excès ne le sont pas non plus. Il est essentiel de trouver le bon équilibre. Si la ration de base de la poulinière n’est pas suffisante, il est alors conseillé de la complémenter surtout pendant le dernier tiers de la gestion. C’est en effet à partir du 9e mois que les besoins nutritionnels sont les plus importants car c’est le moment où la croissance du poulain est la plus importante. Plus de 50 % du poids que le poulain aura à la naissance est pris lors des 10e et 11e mois de gestation. Un apport en vitamines et oligo-éléments bien adapté est garant de la croissance harmonieuse du poulain et de sa bonne santé.

Des heures cruciales juste après la naissance

Les heures qui suivent la naissance du poulain sont cruciales et conditionnent sa santé à venir. Le poulain naît sans immunoglobulines, c’est-à-dire sans immunité, ce qui le rend particulièrement vulnérable aux infections. Mais il acquiert cette immunité grâce au colostrum, le premier lait de sa mère, qu’il boit dans les 6 à 12 premières heures de vie. Le colostrum doit être riche en anticorps et en quantité suffisante pour que le poulain dispose des défenses immunitaires essentielles à sa bonne santé.

Pour connaître la qualité du colostrum, il existe un outil : le réfractomètre à colostrum. Il permet en quelques secondes de connaître la concentration en anticorps dans le colostrum. La qualité est mesurée en pourcentage, et la valeur de seuil est de 22%. Si le taux est inférieur, le colostrum est de mauvaise qualité, s’il se situe entre 22 et 29 % il est de bonne qualité et s’il est supérieur il est excellent. Il est possible également, en cas de doute, d’effectuer un test qui permet de mesurer les immunoglobulines dans le sang du poulain sur un foal de plus de 12 heures.

Si les résultats ne sont pas bons à l’un ou l’autre des tests, il faut alors donner au poulain un sérum équin riche en immunoglobulines comme l’Immunofoal d’Audevard. On peut également administrer un booster spécialement développé pour renforcer l’organisme du foal et l’aider à développer son immunité, indispensable à sa bonne santé.

La survie du poulain sans sa mère

Il peut arriver que les juments ne survivent pas au poulinage pour diverses raisons. D’autres rejettent leur poulain. Il faut alors mettre toutes les chances de son côté pour que le poulain survive, avec une santé de fer. Parmi les choses à faire, donner avant les 12 heures de vie du poulain un sérum équin pour qu’il dispose de suffisamment de défenses immunitaires si la jument est décédée avant qu’il n’ait pu boire le colostrum. Il faudra ensuite dans l’idéal lui trouver une mère adoptive pour lui assurer une bonne alimentation mais aussi une socialisation adaptée. En attendant, alimenter le poulain grâce à du lait pour poulain au biberon ou au seau à tétine.

Une bonne croissance passe par du bon lait maternel

Une fois que le poulain a bu le colostrum, la jument produit du lait, et ce pendant les 6 à 7 mois qui vont précéder le sevrage. C’est grâce à ce lait, nourriture principale du poulain pendant les premiers mois, que celui-ci va atteindre près de 45 % de son poids adulte. Pour que son développement soit harmonieux et sans carence, il faut surveiller de près la qualité et la quantité du lait produit par la mère, et cela passe par une alimentation adaptée de la jument.

Les besoins énergétiques de la jument vont évoluer au cours de l’allaitement, notamment lors des pics de lactation, et selon d’autres facteurs : si elle est de nouveau fécondée ou pas et si elle est encore en croissance elle-même dans le cas d’une pouliche. La jument va produire en moyenne entre 2 et 3,5 kilogrammes de lait pour 100 grammes de poids vif par jour. C’est pendant la période de lactation que la jument va nécessiter le plus d’apports nutritionnels.  

Nos conseils pour un poulain en bonne santé 

La constitution d’une musculature et d’une ossature solide pendant la croissance dépend de la qualité de l’alimentation. Une fois le poulain sevré, il est essentiel de lui apporter tous les nutriments nécessaires à son développement et à sa santé. Ses besoins nutritionnels changeront selon son âge, son environnement mais aussi sa race.

Dans tous les cas, pour être en bonne santé, il aura ainsi besoin des bonnes proportions de calcium et de phosphore, de cuivre, qui limitera les risques d’ostéochondrose, de zinc pour ses poils et ses sabots, d’acides aminés ainsi que d’antioxydants qui contribueront au développement harmonieux de sa musculature. Dans cette dernière catégorie, un complément alimentaire en sélenium et en vitamine E est préconisé.

Il existe une large gamme de compléments alimentaires qui permettent de répondre aux besoins des poulains du sevrage à la fin de leur croissance. Il est important de bien doser les apports car, comme pour la poulinière, les carences et les excès peuvent tous deux engendrer des maladies orthopédiques de développement.

Les compléments naturels adaptés pour un poulain en bonne santé

Certains remèdes de grand-mère peuvent également apporter leur soutien au poulain pour assurer leur pleine santé et une croissance harmonieuse. L’huile de foie de morue ainsi par exemple, riche en vitamine A, D, E et en oméga 3, pourra aider le poulain à passer les phases critiques de la croissance. En soutien au poulain pour sa croissance, on peut également administrer du lithothamne ou de la spiruline, des algues marines sources de nombreux nutriments.

Vaccins et vermifuges pour un poulain en bonne santé

Pour un poulain en bonne santé, il est recommandé de lui administrer à la naissance un sérum antitétanique qui apportera les anticorps nécessaires en cas de besoin. Si la mère n’est pas vaccinée, il faut alors dès les deux mois du foal, réaliser la primo-vaccination grippe tétanos en deux injections à un mois d’intervalle avant de procéder au rappel environ six mois plus tard. Si la mère est à jour de ses vaccins, ces injections peuvent attendre le 5e ou le 6e mois de vie du poulain.

Par ailleurs, autre point très important pour la bonne santé du poulainle vermifuge. D’après les Haras Nationaux, les infestions par les vers représentent 10% des décès des jeunes chevaux entre 6 mois et 12 ans en Normandie, et environ 70 % des poulains de cet âge-là sont parasités. Or, les foals ont une très faible immunité vis à vis des parasites. Aussi, il est conseillé de vermifuger la mère peu de temps avant la mise à bas puis d’administrer des vermifuges au poulain dès l’âge de deux mois pour le protéger des ascaris et de renouveler cette opération tous les deux, trois mois.

À 6 mois, une coproscopie permettra de déterminer quel est le traitement le plus adapté et il est préconisé de vermifuger alors tous les 3 mois jusqu’à ses 1 an. En prévention, on veillera également à ne pas utiliser les mêmes prés pour les poulains d’une année sur l’autre, de choisir les pâtures les plus saines et de bien désinfecter régulièrement les boxes de poulinage.

Que faire pour la diarrhée du poulain ?  

Il est fréquent que les poulains aient la diarrhée, notamment lors des premières chaleurs de la mère. Si elle est généralement bégnine, il faut surveiller l’état général, veiller à ce qu’elle ne dure pas trop longtemps et que le poulain ne se déshydrate pas. Si elle n’est pas trop importante, on peut alors traiter le poulain à l’aide de smectol, ou encore de produits à base d’argile et de charbon comme le Leva-Carb ou le Carbo Top. Si les symptômes sont plus inquiétants et que l’état général du poulain n’est pas bon, contacter le vétérinaire.

Un poulain en bonne santé est un poulain alerte lors de ses phases d’éveil qui va téter régulièrement. Si la jument présente des mamelles engorgées cela peut être le signe que le poulain ne consomme pas suffisamment. Aussi, si le poulain semble abattu ou perd l’appétit, il est important de contacter le vétérinaire pour s’assurer de son état de santé.