Facebook tracking
Promotions
Notre siège

Cadeaux

No gifts at this time.

Abcès, bleimes et seimes chez le cheval

29 juillet 2019

Les cavaliers connaissent bien le dicton « pas de pieds, pas de cheval ». Le pied est une partie du corps essentielle pour le cheval, qui passe en moyenne 90% de son temps debout. Les sabots assurent des fonctions capitales de soutien et d’amortissement, et les forces qui s’exercent sur eux sont considérables, quel que soit le mode de vie ou l’utilisation du cheval. Il est donc essentiel d’en prendre soin, et de savoir reconnaître et gérer les pathologies qui peuvent toucher le sabot, telles que les abcès, les bleimes ou encore les seimes.

Les abcès du pied chez le cheval

Quels sont les symptômes des abcès chez le cheval ?

Les abcès font partie des causes de boiteries les plus fréquentes chez le cheval. Ils provoquent souvent des boiteries très fortes qui peuvent être impressionnantes, mais qui se résolvent généralement très facilement et ne laissent aucune séquelle. Le cheval peut poser le pied mais ne s’appuie pas dessus ou alors seulement partiellement. Selon la localisation de l’abcès, il peut aussi soulager une partie de son pied, en s’appuyant davantage sur la pince ou sur les talons par exemple. Cette boiterie présente généralement une apparition très soudaine, avec une douleur vive. Le pied touché par l’abcès est anormalement chaud, et le membre affecté présente un pouls digité marqué et peut être engorgé. Si le pied est très douloureux, le cheval peut également présenter des signes d’abattement général et de la fièvre. Le test à la pince à sonder permet de localiser l’abcès. Une radiographie peut aussi être utilisée, notamment pour écarter l’hypothèse d’une fracture de la troisième phalange, qui peut provoquer le même type de manifestations.

 

Qu’est-ce qu'un abcès chez le cheval ?

Un abcès est une accumulation de pus à l’intérieur du pied, c’est à dire sous la sole ou sous la paroi. Il se forme lorsque des bactéries pénètrent dans la boîte cornée jusqu'aux tissus internes, provoquant une réponse inflammatoire. L’infection est isolée dans une poche de tissu fibreux : c’est l’abcès. Cette poche provoque une pression à l’intérieur du sabot, générant une douleur d’autant plus intense que sa taille est grande.

 

Quelles solutions contre les abcès chez le cheval ?

La première chose à faire chez un cheval qui souffre d’un abcès est de le déferrer. Une fois l’abcès localisé grâce à la pince à sonder, il faut pratiquer une ouverture pour permettre l’écoulement du pus. Si la douleur est plus diffuse, l’abcès n’est pas encore mûr et il faudra le faire mûrir avant de pouvoir le drainer. Pour cela, il est utile d’appliquer des cataplasmes médicamenteux humides qui auront pour effet de ramollir la corne et de favoriser la maturation de l’abcès. Les graines de lin sont très souvent employées à cet effet. Ces pansements seront renouvelés tous les jours jusqu’à ce que l’abcès perce. Le cheval retrouve alors rapidement du confort. Une fois que l’abcès a percé, le maintien d’une bonne hygiène est essentiel. Le cheval doit rester au repos dans un box propre, et le pied doit être régulièrement désinfecté et maintenu dans un pansement jusqu’à la guérison complète. Sauf cas particulier, il est contre-indiqué d’administrer des anti-inflammatoires car cela retarderait la maturation de l’abcès et augmenterait le risque d’infection profonde du pied. Enfin, il est nécessaire de vérifier que le cheval est bien à jour dans sa vaccination anti tétanique, dans le cas contraire l’administration d’un sérum est nécessaire.

 

Quelles sont les causes possibles des abcès chez le cheval ?

Les abcès apparaissent suite à l’entrée de micro-organismes à l’intérieur de la boîte cornée. Celle-ci peut se produire en raison de trois causes principales. La première est un environnement de vie humide, comme un box sale ou un pré boueux : la corne se ramollit et devient plus perméable, ce qui peut permettre l’entrée de bactéries en particulier au niveau de la ligne blanche. Une autre origine assez courante est l’origine traumatique : un choc avec un objet pointu, notamment au niveau de la sole lorsque le cheval se déplace sur un terrain caillouteux, peut aussi favoriser l’entrée de bactéries. Enfin, un clou mal placé lors de la ferrure, qui atteint le tissu dermique, provoque une lésion et peut former un foyer d’abcès.

La prévention des abcès passe donc par un parage régulier, une ferrure adaptée et un bon entretien du pied et de l’environnement de vie du cheval. Les soins locaux tels que la graisse et le goudron ou encore les compléments alimentaires à base de biotine ou methionine aident à préserver une bonne qualité de corne.

        

   

Les seimes chez le cheval

Qu'est ce que les seimes chez le cheval ?

La seime est une fissure sur la paroi du sabot. Elle peut se présenter à n’importe quel endroit de la paroi, et se caractérise par sa localisation (pince, mamelle, quartier, talon), par sa longueur (partielle ou sur toute la hauteur de la paroi), son point de départ (sur la couronne ou sur l’extrémité de la paroi), sa profondeur (superficielle ou profonde), et par la présence ou non d’hémorragie ou infection. Les seimes affectant les quartiers ou le talon, c’est à dire la partie arrière du pied, sont généralement les plus graves car elles affectent souvent les tissus sensibles qui se trouvent sous la paroi.

Pour évaluer l’étendue de la seime, l’examen comprend un sondage de la paroi à la pince à sonder, une percussion de la paroi autour de la seime et enfin l’introduction d’un flexible à l’intérieur pour en juger la profondeur. Il peut également être intéressant de réaliser une radiographie.

La plupart du temps, une seime ne provoque pas de boiterie, même si les seimes profondes et plus avancées peuvent provoquer une sensibilité et par conséquent faire boiter le cheval. Dans ce cas le pouls digité peut être augmenté et le cheval sera sensible lors du test de la pince. Si la seime est très profonde et qu’une infection s’est développée, la boiterie sera alors très marquée et un écoulement de pus sera généralement visible.

 

Quels traitements pour les seimes chez le cheval ?

Le principe du traitement est de supprimer la cause d’apparition de la seime, de stabiliser la fissure et de supprimer les forces qui s’appliquent à cet endroit. Pour les seimes superficielles et non douloureuses, le maréchal ferrant râpe la corne jusqu’à faire disparaître la fissure. Lorsque cela n’est pas possible, il bloque l’extension en longueur de la seime en réalisant une rainure à son extrémité. Le bas de la paroi en dessous de la seime sera également raccourci afin d’éviter l’appui sur cette zone. Les fers « eggbar » sont souvent utilisés car ils empêchent l’écartement naturel des talons et apportent une plus grande surface d’appui au pied, ce qui répartit au mieux les forces qui s’exercent sur le sabot. Les fers à plaque associés à un rembourrage en silicone sont également utilisés car ils chargent la sole et libèrent ainsi de la pression sur la paroi. Une technique très fréquemment utilisée est la stabilisation des bords de la seime grâce à la mise en place d’agrafes. Si une infection est présente, il faut débrider, nettoyer, désinfecter et bander le pied jusqu’à la résolution de l’infection. Enfin, une fois le pied sain et propre, une résine spéciale peut être utilisée pour stabiliser et renforcer le sabot. Elle présente des propriétés très proches de celles de la corne naturelle, et peut donc la remplacer le temps de sa repousse, permettant au cheval de poursuivre une activité normale, même si une véritable guérison complète est longue à obtenir, car le sabot ne pousse que d’un centimètre par mois en moyenne.

 

Comment apparaissent les seimes chez le cheval ?

La cause d’apparition principale d’une seime est un mauvais entretien du sabot, que ce soit par une ferrure ou un parage inadéquats, ou par l’absence de soins de la corne. Un cheval présentant une corne sèche et ne recevant pas de graisse aura ainsi plus de risques de présenter une seime. On peut également citer les parages ou ferrures trop espacés dans le temps, les ferrures mal adaptées, les clous brochés trop haut qui fragilisent la paroi, les anomalies d’aplombs ou de forme du sabot, les cornes trop dures ou trop molles, ou encore les lésions au niveau de la couronne. Il est donc primordial d’apporter des soins adaptés aux pieds de son cheval pour prévenir l’apparition de seimes.

 

Les bleimes chez le cheval

Qu'est ce que les bleimes chez le cheval ?

La bleime est une contusion au niveau de la sole du cheval. Elle peut s’observer sur les cornes claires sous la forme d’une petite tâche rosée. Elle évolue par la suite en hématome, ou en abcès s’il existe une communication entre l’hématome et l’extérieur permettant l’entrée de bactéries.

Selon sa sévérité, la bleime peut être douloureuse pour le cheval et provoquer une boiterie ou une baisse de performance. Comme pour un abcès, le premier geste sera de déferrer le pied pour explorer la sole. Un examen à la pince à sonder permet de localiser la zone douloureuse avec précision. Si la bleime est sévère ou évolue en abcès, le sabot sera chaud et un pouls digité sera présent.

 

Quels traitements pour les bleimes chez le cheval ?

La plupart du temps, la bleime ne requiert pas de traitement particulier et le cheval doit simplement être placé au repos sur un sol souple jusqu’à la résolution du problème. Dans certains cas, par exemple si le cheval ne peut être arrêté, il est possible d’utiliser un fer à plaque supprimant l’appui sur la zone de la bleime. Parer légèrement la corne au niveau de la bleime est également bénéfique car cela réduit la pression et soulage le cheval. Si la bleime a évolué en abcès, elle devra être traitée comme tel.

 

D’où proviennent les bleimes chez le cheval ?

Les bleimes apparaissent suite à un traumatisme au niveau de la sole, par exemple lors de travail sur un terrain dur et caillouteux. Les chevaux aux pieds plats y sont particulièrement prédisposés, tout comme ceux dont la sole est fine ou trop molle. Les bleimes peuvent également apparaître lors de l’utilisation de ferrures orthopédiques qui font supporter du poids à la sole, ou encore si un caillou vient se coincer dans le fer et crée un point de pression sur la sole. La prévention des bleimes passe donc par un bon entretien des sabots et du travail sur un sol approprié.

Sources :

Manual of Equine Lameness, Gary M. Baxter, 2011.

Etude bibliographique des lésions de la paroi chez le cheval et de leur traitement à l’aide de résine, Julien Marette, 2006

Abcès de pied, Stephen E O’Grady, The Natural Angle