Facebook tracking
Promotions
Notre siège

Cadeaux

No gifts at this time.

Teigne chez le cheval : comment prévenir ou réagir ?

8 mars 2019

La teigne est une affection cutanée du cheval autrement appelée dermatophytie. Elle est induite par la présence d’agents pathogènes de types : Microsporum sp et Trichophyton sp. Ces organismes sont des champignons. Leur présence provoque des zones d’alopécie (zone de dépilation) car ils se nourrissent de la kératine présente dans les poils. C’est une affection fréquente chez le cheval, contagieuse et plutôt hivernale. Nous verrons donc les différents aspects de cette maladie, les autres dermatoses s’y apparentant et leur traitement.

 

Les agents responsables des « teignes » chez le cheval

Comme cités précédemment, nous retrouvons principalement deux parasites, plus ou moins spécifiques du cheval, une transmission à l’homme et au chien n’est pas impossible mais elle reste rare.

  • Microsporum equinum (= canis) : c’est le parasite le plus fréquent possédant un caractère zoonotique (rare transmission à l’homme). Les spores de ces champignons sont retrouvées autour du poil.
  • Trichophyton equinum : Ce parasite est un peu moins fréquent, mais plus spécifique du cheval. Ce champignon se développe à l’intérieur du poil, la cuticule du poil apparaitra cassée au microscope.

Ces parasites se nourrissent de la kératine, composant majeur des poils et couches cornées. Ils sont de très petite taille (inférieure à un demi millimètre).

 

Images extraites du site Mycology Online

University of Adelaide : Microsporum sp à gauche et Trichophyton à droite

L’alopécie, le signe d’appel des teignes

La clinique des teignes est assez spécifique. Le signe clinique principal est une alopécie assez régulière.

Cependant deux formes sont caractérisées :

  • Teignes sèches : On y retrouve des alopécies, nombreuses et circulaires. De la desquamation (peau sèche qui tombe) peut être observée également. On retrouve ces lésions au niveau de la tête, de l’encolure et du dos. Souvent on remarque une augmentation de la concentration en lésions.
  • Teignes suppurées : On y retrouve des lésions légèrement en relief, suintantes. Elles font suite à une réaction inflammatoire liée à l’action de Trichophyton et non à une complication bactérienne.

Photos extraites du site internet de l’école vétérinaire de Lyon, par G.Bourdoiseau et D.Pin, service de parasitologie de l’ENVL

 

Le diagnostic est clinique. En effet on se fie à l’allure des lésions. La plupart du temps celles-ci sont sèches (elles mesurent quelques millimètres à quelques centimètres), on ne retrouve pas de prurit (la teigne n’engendre pas de démangeaisons contrairement à la gale) et on observe de l’alopécie (c’est l’élément d’alerte le plus souvent). Mais le diagnostic est aussi épidémiologique, la teigne est une maladie contagieuse. On peut ainsi retrouver plusieurs chevaux atteint au sein d’une même écurie (liée à la proximité, l’utilisation du même matériel de pansage pour plusieurs chevaux, des mêmes équipements ou encore couvertures). Cette dermatose est hivernale et touche toutes les catégories de chevaux (tous âges, sexe et races).

Le diagnostic de certitude :

  • Test à la lumière de Wood : la présence de Microsporum equinum apparait fluorescente à la lampe UV.
  • Observation microscopique : par prélèvement des poils en périphérie des lésions. On observe des spores autour ou dans les poils. Les lésions doivent êtres extensives et non traitées pour que ce test soit valable.
  • Culture microbiologique : après prélèvement, les poils prélevés sont envoyés en laboratoire d’analyse et une mise en culture sur gélose sabouraud (milieu de culture favorable au développement des champignons) permettra d’affirmer ou d’infirmer le diagnostic.

 

Mode de transmission et traitement des dermatophyties chez le cheval

Une fois le diagnostic posé, il est important de traiter les chevaux atteints afin de limiter la propagation. En effet, la transmission peut être importante au sein d’un troupeau ou d’une écurie.

Il existe deux modes de transmission :

  • Directe : par contact direct entre les individus atteints, les champignons se retrouvent donc sur le pelage des chevaux évoluant à proximité des chevaux atteints
  • Indirecte : A travers le matériel utilisé (brosses, couvertures, tapis ou encore harnachements) ou par l’intermédiaire des manipulateurs mais aussi par l’environnement car les spores sont assez résistantes dans le milieu extérieur.

Deux traitements peuvent être proposés pour votre cheval:

  • Traitement local : Il est primordial. On applique localement un antimycotique de type enilconazole, sans rinçage à l’aide d’une éponge dédiée en prenant soin de porter des gants. On répète bien souvent les applications tous les trois-quatre jours. C’est un médicament soumis à prescription vétérinaire.
  • Traitement général : Utilisé sur des formes grave ou dans le but d’obtenir une guérison plus rapide. Ce n’est pas le traitement de première intention. On utilise de la griséofulvine. C’est un traitement de longue durée. Ce traitement ne doit pas être utilisé chez la femelle gestantes, ni pour les chevaux non exclus de la filière bouchère.

Il est également conseillé de brosser les chevaux, d’éliminer les poils et les croûtes.

Les brosses, tapis et couvertures doivent être nettoyés (soit avec de l’imaveral® aussi, soit passé à la machine à laver). Il est recommandé de ne pas toucher les chevaux sains après avoir touché les atteints et de porter des gants.

Le diagnostic doit être posé par un vétérinaire. En effet d’autres pathologies sont semblables à la teigne mais ne se traitent pas de la même façon. Parmi elles on retrouve :

  • Les dermatophiloses : Atteinte cutanée par des bactéries Dermatophilus conglensis. C’est une atteinte provoquant des lésions plus ou moins suppurées, de l’alopécie et qui ne démangent pas. La période à laquelle on la retrouve est surtout hivernale. La localisation des lésions est préférentiellement sur la ligne du dessus et les membres. C’est la fameuse « gale de boue ».
  • Les folliculites bactériennes : atteinte bactérienne du follicule pileux, cela ressemble à la forme suppurée des teignes.
  • Les gales : cependant la différence majeure (hormis le fait que ce soit lié à des parasites différents) est qu’il y a des démangeaisons.

 

La prévention de la teigne chez le cheval

La prévention de cette maladie (contagieuse mais pas grave) passe essentiellement par une gestion de l’environnement et du contact homme/cheval mais aussi et surtout cheval/cheval.

Pour cela plusieurs choses sont recommandées :

  • Isoler les chevaux atteints ou limiter au maximum les contacts entre congénères le temps d’éliminer la maladie.
  • Ne pas toucher les chevaux atteints puis les chevaux sains sans lavage de main.
  • Traiter les chevaux touchés mais aussi ceux ne présentant pas de signe de teigne ayant pu être au contact du cheval ou du matériel (les spores sont résistantes dans l’environnement).
  • Nettoyer consciencieusement les brosses (tout passer à l’imaveral ® dans un sac et laisser reposer deux jours puis rincer par exemple) ainsi que le matériel de type tapis ou couverture.
  • Désinfecter les boxes et/ou abris.

 

Pour résumer

La teigne est une affection hivernale courante chez les chevaux.

De par son aspect contagieux, il est recommandé d’isoler les animaux atteints et de traiter également les individus sains en plus des touchés. Il existe deux types de teignes, la forme sèche étant la plus commune et répandue. Cette maladie est de guérison spontanée cependant il n’en est pas moins utile de la traiter. Pour le traitement, deux solutions sont possibles. Néanmoins, le traitement local reste le plus efficace et de première intention. L’application se fait régulièrement sur quelques semaines jusqu’à amélioration de l’état des lésions. Elle se fait en préventif sur les chevaux non touchés. Il est également important de traiter l’environnement et le matériel (notamment si celui-ci est utilisé pour plusieurs chevaux).

Certaines pathologies cutanées sont semblables ou peuvent être confondues avec la teigne, il est important d’établir un diagnostic de certitude avec un vétérinaire avant tout traitement.

 

Sources :

  • Site internet du RESPE
  • Site de dermatologie de VetAgrosup
  • Site internet des Haras Nationaux