Facebook tracking
Promotions
Notre siège

Cadeaux

No gifts at this time.

Chaleur : Comment protéger son cheval

24 juin 2019

Le cheval dispose d’une grande sensibilité à la chaleur. Pour un cheval non tondu, la température idéale se situe entre 5°C et 25°C. Dès qu’il fait plus de 25°C il commence à souffrir et ce même au repos. Quels sont les risques et comment protéger votre cheval de la chaleur ? Cheval-energy.com fait le point pour vous.

 

La thermorégulation du cheval

La thermorégulation est une fonction biologique de l’organisme qui permet au cheval de maintenir sa température corporelle de manière constante. La thermogénèse (production de chaleur) et la thermolyse (perte de chaleur) sont rendues possible grâce à différents facteur. La peau tout d’abord. De plusieurs épaisseurs, elle le protège des changements de température extérieure. De la même manière, les muscles, la graisse et les poils contribuent également à réguler la température en servant d’isolant. La vasoconstriction et la vasodilatation périphérique quant à elles, régulent le flux sanguin en apportant du sang chaud sur certaines zones ou en refroidissant d’autres. La sudation joue également un rôle dans la thermorégulation. Enfin la vitesse du rythme respiratoire se modifiera selon s’il fait froid ou chaud. Cette thermorégulation permet au cheval de s’adapter aux variations de températures mais il reste néanmoins sensible à la chaleur, d’où l’importance de le protéger.

 

Le coup de chaleur chez le cheval

En cas de forte chaleur, le cheval ne parvient pas toujours à se thermoréguler lors d’un exercice intense par exemple. Sa température, augmente et peut excéder 41°C alors qu’elle se situe idéalement 37,5°C et 38,5°C. Il s’agit d’une urgence vitale pour le cheval car à cause de la vasodilatation périphérique, le sang abonde dans les vaisseaux de la peau au détriment des organes vitaux comme le cœur, les reins et le cerveau.

 

Les facteurs déclenchants un coup de chaleur chez le cheval

En règle générale, la transpiration du cheval l’aide à se refroidir. Cependant, si l’air est très humide, le cheval peut transpirer deux fois plus en une heure qu’avec un air léger. Cette transpiration excessive entraine une déshydratation et une perte des sels minéraux si le cheval ne boit pas assez. Les coups de chaleur arrivent le plus fréquemment après un effort long et intense mais il peut également toucher un cheval au repos, notamment lors du transport si le camion ou le van est mal ventilé, dans les boxes démontables en concours, ou même à l’attache au soleil.

Certains chevaux sont plus sujets aux coups de chaleur que d’autres : ceux atteint d’anhydrose (qui ne transpirent pas assez), les chevaux en surpoids, ceux avec un poil très long ou très épais, les chevaux pas assez entrainés par rapport à l’intensité de l’exercice demandé, ou encore les chevaux que l’on va emmener dans une région chaude, pour un concours par exemple, et auxquels on va demander un effort avant que l’organisme n’ait eu le temps de s’adapter à la chaleur.

 

Comment détecter un coup de chaleur chez le cheval ?

Les signes avant-coureurs du coup de chaleur chez le cheval sont : une hyperventilation malgré l’arrêt de l’effort physique, une augmentation de sa température, un air fatigué, la tête basse, ne veut pas avancer, une sècheresse au niveau des muqueuses des gencives, un temps de remplissage capillaire plus long. Le cheval peut également présenter des symptômes coliques ou de douleurs musculaires. Si rien n’est fait lorsque ces signes apparaissent pour baisser la température du cheval, son état va empirer. Sa fréquence cardiaque va augmenter, les muqueuses vont être congestionnées, il va vaciller avant de perdre connaissance et s’effondrer. Il peut alors mourir très vite.

 

Comment traiter un coup de chaleur chez le cheval ?

L’objectif des soins est de rafraichir le cheval. Si le coup de chaleur survient lorsqu’il est au travail, cesser immédiatement. Puis l’emmener dans un lieu frais et aéré. Ne pas hésiter à se servir d’un ventilateur électrique pour contribuer à aérer le lieu. Ensuite, il faut mouiller le cheval avec de l’eau fraiche mais pas glacée, au mieux à la douche, sinon avec des linges mouillés, des bouteilles… Doucher progressivement : les membres, le poitrail puis l’encolure. Bien insister sur la nuque point stratégique de la thermorégulation. Une fois la douche faite, passer le couteau de chaleur pour essorer le cheval, sinon l’eau va se réchauffer et le corps du cheval aussi. En suivant ce protocole, il est déjà possible de baisser la température de 2°C en une dizaine de minutes. Il faut également donner à boire de l’eau à température ambiante (pas trop fraiche pour éviter les risques de colique) et masser le cheval doucement pour activer la circulation sanguine. Prendre la température régulièrement pour s’assurer qu’elle baisse. Si, malgré ces soins, l’état du cheval ne s’améliore pas rapidement contacter d’urgence le vétérinaire.

Protéger son cheval en cas de canicule

Lorsque les températures sont élevées, plusieurs précautions sont à prendre pour protéger le cheval de la chaleur. Le risque le plus important est la déshydratation. Il faut donc dans un premier temps s’assurer qu’il ait de l’eau à volonté. En temps normal, un cheval boit entre 20 et 40 litres d’eau par jour. Cette quantité peut doubler lorsque les températures sont élevées. Pour vous assurer que votre cheval n’est pas déshydraté, vous pouvez faire le test du pli de peau. Pour ce faire, pincer la peau au niveau de l’épaule et compter combien de temps elle met pour revenir à sa place. Si c’est immédiat, le cheval n’est pas déshydraté, si elle met 2-3 secondes, le cheval est légèrement déshydraté, entre 6 et 10 secondes la déshydratation est déjà importante et au-delà, le cheval est en danger.

Si vous devez transporter votre cheval par temps chaud, que vous concourrez, ou encore que vous êtes en randonnée, pensez à lui proposer régulièrement à boire. Il est important de laisser à disposition une pierre à sel et de compléter avec des électrolytes à donner après le travail s’il transpire beaucoup. Laissez les portes des écuries entrebâillées pour que la chaleur ne s’engouffre pas mais que l’air circule. Si ce n’est pas suffisant ou qu’il se trouve dans un box démontable, vous pouvez lui brancher un ventilateur dans son box. S’il est au pré, assurez-vous qu’il y ait bien de l’ombre procurée par les arbres ou un abri.

En cas de forte chaleur, privilégiez le travail tôt le matin ou tard le soir pour éviter les heures les plus chaudes, tout comme pour transporter votre cheval. N’hésitez pas à doucher les chevaux qui transpire, toujours en passant un couteau de chaleur après. Si le cheval à un poil épais, tondez le, cela favorisera sa thermorégulation. Equithème propose également une chemise rafraichissante et un masque rafraichissant que l’on peut mettre sur le cheval après l’effort pour éviter les coups de chaud.

 

Par ailleurs, en période de chaleur, il est recommandé de donner un aliment hydratant au cheval. Un mash une ou deux fois par semaine sera l’idéal et les carottes et les pommes le reste de la semaine compléteront cet apport hydratant.

Il faut également prêter attention aux juments allaitantes en cas de canicule et s’assurer qu’elles boivent suffisamment au risque qu’il y ait une baisse de la lactation. Une attention particulière doit aussi être portée aux vieux chevaux qui sont plus sensibles à la chaleur.

 

Gare aux coups de soleil chez le cheval

Certains chevaux, comme les humains, ont une peau plus fragile. Les coups de soleils concernent essentiellement les chevaux qui ont des zones dépigmentées : marques en tête, ladre, balzanes, les chevaux pies, gris ou albinos. Toutefois, certains chevaux à la peau foncée peuvent également développer une photosensibilité à cause de certaines herbes dans les prés ou suite à l’ingestion de certains produits. On utilise ainsi parfois des répulsifs à insectes à base d’huiles essentielles qui, s’ils sont efficaces contre les insectes, sont néfastes pour le cheval exposé au soleil. Il est important de bien vérifier sur la notice des produits qu’ils ne contiennent pas de plantes photosensibilisantes.

Pour éviter les coups de soleil, il est recommandé d’appliquer de la crème solaire avec un indice élevé sur les parties sensibles en renouvelant l’opération plusieurs fois par jour. Il existe également une crème : Protection Solaire Ekin qui assure une protection contre les UV pendant plusieurs jours. Vous pouvez lui mettre un masque anti-mouche avec filet naseau également prévu pour jouer un filtre anti UV ou encore des protections sur les membres comme les Rambo Flyboots Vamoose de Horseware. De la même manière vous trouverez des chemises intégrales qui apporteront une protection anti-UV. Si le cheval dispose d’une formule pré/boxe, ne pas hésiter à le mettre au pré la nuit et en box la journée pour le protéger de la chaleur.

Si votre cheval attrape un coup de soleil, il faut désinfecter la plaie et appliquer une crème grasse de type vaseline ou Biafine. Votre vétérinaire pourra également vous prescrire une crème adaptée qui favorisera la cicatrisation. Attention toutefois ces crèmes ne doivent être appliquées que le soir lorsque le soleil est bas et il faudra bien protéger les zones brulées dans la journée.