Facebook tracking

Cheval stressé, trop chaud, anxieux : magnésium, tryptophane, plantes, phéromones etc, que choisir ?

7 mai 2018

Transports, changement d’écurie, tonte, maréchal-ferrant, bruits, foule sur les terrains de concours… Les sources de stress chez le cheval sont multiples et ressenties différemment selon les chevaux. Avec à chaque fois le risque que nous connaissons tous de modifications importantes de leur comportement et de leur performance. Chacun a ses recettes (ou pas), mais entre magnésium, tryptophane, plantes, phéromones, protéines de lait, et entre cure ou seringue flash, comment ne pas s’y perdre ?

cheval-energy.com et son équipe d’experts font le point ci-dessous pour vous permettre de devenir vous-même un expert. Et si vous souhaitez aller plus loin, notre véto et son équipe sont là pour vous, au 01 46 91 03 38 ou sur contact@cheval-energy.com. N’hésitez pas : non seulement on est hyper sympa (on essaie…) mais en plus notre plus grand plaisir c’est vous aider à mieux comprendre – pour à votre tour mieux prévenir et mieux soigner.

Cheval stressé, anxieux ou trop chaud? good news, bad news, et un (gentil) petit recadrage

Alors soyons directs et commençons par le commencement: les bonnes et les mauvaises nouvelles. Et un petit recadrage indispensable mais gentil…

Tout d’abord, cheval stressé, cheval anxieux ou cheval trop chaud, ce n’est pas la même chose ! En médecine équine comme humaine, le stress signale une difficulté d’adaptation à des circonstances particulières extérieures (bruits, changement d’écurie, tonte, compétition etc). L’anxiété est au contraire un trait de caractère, hérité ou acquis, et donc durable. Et le cheval « trop chaud » désigne le cheval qui déborde d’énergie et proportionne mal son énergie à l’effort demandé.

  • Les mauvaises nouvelles? soyons directs il y en a deux: primo, ces différentes formes de dérèglement du comportement du cheval peuvent se cumuler, et c’est souvent le cas en pratique, ce qui complique encore plus les choses… Et deuxio, analyser le cheval stressé c’est se situer à la frontière entre psychologie et physiologie du cheval, entre mental et condition physique. Bref c’est pas un sujet simple. Et la conséquence pratique de tout ça c’est qu’il faut souvent tâtonner, essayer plusieurs solutions pour son cheval avant de trouver la bonne ! Ok mais les bonnes nouvelles alors? on en a plusieurs pour vous ! tout d’abord, la boite à outils des solutions est large et est à peu près la même pour ces différents troubles du comportement du cheval. A problème multi-factoriel, solutions multiples. Et ensuite la très bonne nouvelle c’est que ces solutions sont efficaces… à condition de faire l’effort de trouver la bonne pour chaque cheval.
  • Le recadrage (gentil)? eh bien soyons directs encore, c’est simple, tellement simple que vous le savez déjà: le premier remède et souvent la première source du stress, c’est vous ! Pas besoin d’être diplômé d’éthologie pour le savoir, nous en avons tous fait l’expérience, le cheval est un miroir grossissant de nos émotions. Une attitude calme, sereine et rassurante du cavalier avec son cheval, en main ou monté, reste le principal remède au stress du cheval. Mais elle peut ne pas être suffisante, et il n’est pas interdit de vouloir mettre toutes les chances de votre côté: choisir le bon complément fera la différence. Et c’est là que cheval-energy.com veut vous aider.

Le stress du cheval : quelles conséquences sur son organisme ?

Les répercussions du stress du cheval sur son organisme ne sont pas anodines. Le rythme cardiaque et la respiration s’accélèrent. La fonction digestive se dérègle, par la production accrue d’acide gastrique, et cause des douleurs abdominales qui peuvent aller, comme chez l’homme, jusqu’à l’ulcère gastrique, tandis que les tensions musculaires abdominales peuvent provoquer l’apparition de coliques. Certaines zones du cerveau sont également perturbées par ce stress et se traduisent par les « tics » que nous connaissons chez nos chevaux. Et enfin, le cheval stressé est moins à l’écoute, plus tendu et donc moins performant.

Alors, quelle(s) solution(s) choisir pour le cheval stressé?

Comme on l’a dit plus haut, un large choix de solutions existe et il est important de comprendre comment chaque solution agit, quelles sont ses limites pour bien choisir et tester la bonne solution. Chaque cheval répondra différemment aux différentes solutions en fonction de sa physiologie propre. Il est donc fréquent de devoir essayer plusieurs méthodes ci-dessous avant de tomber sur la bonne ! C’est d’ailleurs pour ça que souvent les produits conçus par nos marques favorites mixent plusieurs solutions, avec pour chacune un dosage différent: par exemple des plantes (pour le traitement de fond) avec un composé actif comme le tryptophane et/ou le magnésium.

cheval-energy.com fait le point pour vous aider à vous en sortir efficacement sans devoir tout essayer.

  • Le magnésium

L’ajout de magnésium (sous forme hautement assimilable comme le chlorure de magnesium) est le traitement classique chez le cheval stressé, comme chez l’homme, car c’est un minéral essentiel au bon fonctionnement des systèmes nerveux et musculaire. Il est fréquemment administré chez le jeune cheval, par exemple en Complet, pour réduire son stress et éviter toute baisse immunitaire consécutive au stress. Le magnésium doit être administré par cure de 4 semaines (puis une semaine sur deux le temps nécessaire), jamais en continu. Cette solution est la première à essayer car c’est un complément simple à administrer, sûr et sans danger. Mais pas toujours suffisant !

  • Le tryptophane

Le tryptophane est un autre incontournable : c’est en effet un acide aminé qui participe à la synthèse de la sérotonine (un puissant neurotransmetteur régulateur de la transmission de l’influx nerveux et responsable de la sensation de bien-être chez le cheval comme chez l’homme) et à la synthèse de la mélanine (une hormone au rôle important dans la décontraction nerveuse générale et la régulation des cycles du sommeil). Solution plus technique que le magnésium et souvent très efficace, le tryptophane doit être utilisé en cure de fond chez le cheval stressé de nature ou pendant jours avant un évènement stressant ou anxiogène (en seringues flash par exemple). Il doit être administré avec précision car un mauvais dosage sur une trop longue période peut causer des problèmes gastriques ou une baisse de la capacité respiratoire du cheval. Une solution très répandue mais à utiliser avec précaution : demandez-nous conseil pour obtenir le maximum de bénéfices pour votre cheval sans les effets secondaires gênants…

Plusieurs produits disponibles chez cheval-energy.com associent les deux approches, magnésium et tryptophane, pour plus d’efficacité, tels que B-Quiet d’Horsemaster.

  • Les phéromones équines

Le recours aux phéromones équines, molécules produites naturellement par la jument pour apaiser son jeune poulain stressé par le délicat passage de la naissance, a également fait ses preuves face aux situations connues comme sources d’anxiété chez le cheval. Appliquées dans les naseaux de manière ponctuelle environ 1/2h à 1h avant un évènement stressant, ces phéromones permettent au cheval de « respirer » un message qui le rassure. C’est la solution retenue par les laboratoires Audevard pour leur best-seller Confidence EQ. Essayez le, les résultats peuvent être impressionnants sur certains chevaux anxieux – et ne pas marcher sur d’autres – il ne vous reste qu’à essayer !

  • Les protéines de lait

L’utilisation d’un hydrolysat trypsique de proteine de lait, actif 100% naturel est une autre alternative efficace pour un évènement à préparer, la digestion de la caséine du lait ayant des effets apaisants avérés. A utiliser quelques jours avant un évènement stressant. Pour tester cette solution, un peu plus onéreuse que les autres mais avec parfois de très bons effets, nous vous conseillons le Zylkène Equine du laboratoire Vétoquinol. Attention, cheval-energy vous évite de faire des bétises: cette caséine de lait est classifiée comme produit dopant, même s’il est très rare en pratique qu’il soit recherché dans les tests de dopage sur les terrains de concours. Donc suspendez son utilisation 72h avant vos compétitions !!!

  • … et la phytothérapie ???

Enfin, la phytothérapie est une solution aujourd’hui largement utilisée avec le cheval stressé et a fait la preuve de ses bienfaits, par l’administration de plantes séchées et coupées, ou de teinture-mère de plantes (une méthode d’extraction des principes actifs des plantes pour administration sous forme liquide). La phytothérapie se prète parfaitement bien aux cures de fond régulières du cheval anxieux de nature ou facilement stressé, en complément des traitements ci-dessus: des plantes apaisantes comme la Passiflore (Passiflora incarnata), le Pavot de Californie (Eschscholzia californica), l’Aubepine, la Camomille ou meme le Bacopa – traditionnellement utilisé en medecine ayurvédique pour ses effets anxiolytiques et relaxants – font partie des phytotherapies ayant demontré leur efficacite. Pour tester cette approche, nous vous conseillons Temperamend/Temperamend Gold développé par le laboratoire Hilton Herbs, leader reconnu internationalement de la phytothérapie équine, avec le mélange de plantes apaisantes le plus complet et le plus performant du marché. Attention, Temperamend/ Temperamend Gold contiennent de la valériane : il est nécessaire de suspendre leur administration avant une course ou une compétition officielle a fin de respecter la réglementation en vigueur.L’association des vétérinaires préconise de stopper l’administration 48 heures avant tout contrôle.

*      *

Alors au final, restez zen ! Zen d’abord parce que c’est le meilleur remède au stress de votre cheval. Et zen ensuite parce que parmi toutes ces solutions, il y a forcément la bonne pour votre cheval ! Et cheval-energy est là pour vous aider à la trouver si vous avez besoin de nous… nous sommes là pour vous.